Qui sème le vent arrière…

Une bonne vitesse sol de 550 noeuds (ça fait 1000 km/h quand même…) hier soir en route vers Rome, résultat de la masse d’air venant du sud ouest qui a balayé la France…
Cela nous a permis de rattraper une partie de notre retard, mais ce fut ma seule satisfaction aéronautique du jour, puisque l’exploitation était tellement perturbée qu’il a fallu appeler la police plusieurs fois au terminal F… Des vols annulés ‘à chaud’ (avec passagers à la porte d’embarquement ayant attendu 4 heures des bus pour aller à leur avion qui ne sont jamais venus), les équipes de ménage surbookées qui zappent les avions moyen-courrier pour se concentrer sur les ‘gros’ (donc nous avons fait un ménage sommaire à la prise en compte de notre A321…) Tout ça après la grève des contrôleurs aériens, la neige, le brouillard, les dégivrages et les calculs d’atterrissage piste contaminée…

Vivement l’été.

2 réflexions au sujet de « Qui sème le vent arrière… »

  1. Effectivement, gros b****l hier a Cdg, pres de 6 heures (oui oui, pas de faute de frappe) pour recuperer 2 bagages. Bon, ca ne fait jamais que 3 heures par valise… La Paf, les douanes, tout le monde sur le coup pour calmer quelques furieux. Made in CDG.

  2. bonjour,

    comment se fait il que des vols soient annulés « à chaud » comme vous le dites…grève?météo?

    que les passagers attendent 4heures les bus…qui ne sont jamais venus !!!!

    c’est pas digne d’un aéroport comme CDG et d’une ville comme Paris…

    peut être que grâce aux malheurs de ces passagers, nous avons eu le droit à cette belle photo

Laisser un commentaire