Vol cargo imprévu

Hier soir j’ai dépanné le planning qui m’a appelé à 22h pour remonter un avion cargo de Marseille à CDG !

J’avais mis « ok vol » sur mon planning pendant le milieu de ma semaine de repos, et cet avion dont l’équipage arrivait en « butée » de temps de service de vol s’est posé a Marignane vers 3h30. Ils arrivaient d’Abidjan via Port-Harcourt et le chargement là-bas avait pris 4h de plus que prévu… De ce fait, réglementairement les pilotes ne pouvaient pas faire tout le vol vers CDG car leur amplitude de travail approchait les 16h malgré l’utilisation de toutes les marges possibles, et ils se sont donc posés à Marseille.
Coucher 23h, réveil 2h30, arrivée MRS 3h30 en même temps que l’avion, complément de plein carburant, décollage 31R, direct URELO à 4000ft (!) et 1h01 de vol plus tard nous nous sommes posés à CDG.
Après avoir été longtemps basé Marseille sur A320 je ne pensais pas y décoller en 777 un jour… Je suis ravi d’avoir pu dépanner la compagnie et faire un petit vol supplémentaire – retour prévu en mise en place sur le MRS CDG de 9h15, et petite sieste à prévoir cet après-midi quand même !

Vols cargo

Puisqu’on fait beaucoup de vols en « camion » ces temps-ci car beaucoup de frontières sont fermées aux vols « passagers », voilà quelques photos et informations sur nos avions cargo.

Bienvenue sur le F-GUOC !
L’entrée de l’avion est assez différente…
4 sièges confortables pour les accompagnateurs de fret particulier (souvent des chevaux) ou bien un mécanicien qui suit l’avion pour une rotation dans des escales inhabituelles.
Le « galley » où sont stockés les plateaux-repas et le matériel sanitaire actuellement… Un cauchemar pour nous pilotes, qui ne le manipulons que très rarement – on met toujours un temps fou à s’y retrouver, sortir les plateaux repas, chauffer correctement nos cassolettes, retrouver les dosettes de café ou les bouteilles d’eau…
Le placard La couchette – 2 lits superposés assez étroits, avec une porte battante, juste derrière le cockpit. C’est assez exigu… Il y a un rideau par niveau ce qui permet un peu d’intimité… Le seul avantage du cargo c’est que la porte du cockpit ne claque pas à la fermeture… c’est moins bruyant… (voir ci-dessous)
Pas de porte ?
Non, juste un rideau !
Le pont principal du cargo, encore vide avant son chargement ; on peut y mettre des palettes de différentes tailles, des voitures, des moteurs d’avion et même des hélicoptères… L’accès nous est interdit pendant le chargement pour ne pas risquer de se faire écraser, on peut s’y rendre pendant le vol si nécessaire en emportant avec soi une cagoule permettant une autonomie de 15 minutes d’oxygène en cas de feu ou de dépressurisation. Un système d’avertisseur sonore et lumineux permet de savoir qu’il faut retourner à son siège immédiatement…
Voilà à quoi ça ressemble une fois chargé.
On voit sur cette image la porte de soute inférieure, identique aux soutes à bagage des avions « passagers » qui peuvent accueillir des containers standard ou des palettes de fret.
Notre flotte d’avions « passagers » étant sous-utilisée, et les prix du kilo de fret ayant apparemment bien augmenté, nous effectuons également parfois des vols cargo sur avion passagers… les soutes sont bien remplies et même parfois des bâches de protection et des filets de retenue sont placés sur les sièges pour permettre le transport du fret en cabine !

Paris / Roland-Garros

Petit récapitulatif de notre vol d’hier entre CDG et La Réunion. Quelques photos prises avant le départ, nous étions assez en avance à l’avion et nous avons pu assister à la fin de la « check » des mécanos qui changeaient un allumeur sur notre moteur droit… L’occasion de faire un tour autour de notre mastodonte, car je n’ai pas souvent l’occasion de déambuler près de l’avion !

Départ avec 50 minutes de retard, notre prestataire ayant oublié de charger les plateaux repas… le temps de les chercher dans tous les emplacements possibles et de se les faire apporter de l’autre côté de la plateforme, hélas ça prend du temps. Impossible de s’en passer, il est 18h et nous partons pour 11h de vol… Heureusement à bord, rien que du fret, donc seulement 3 pilotes qui râlent 😉

En croisière, quelques turbulences sur la Grèce (en vert), quelques évitements d’orages sur l’Afrique de l’Est…

Il y a des travaux sur le terrain de la Réunion 🇷🇪 – la piste 14 a été fermée juste avant notre arrivée, nous avons donc eu la chance de pouvoir atterrir en piste 12.
Il existe une approche RNAV mais c’est tellement mieux en approche à vue !

Petit résumé en vidéo :

Update : Après publication sur Twitter un gentil spotter réunionnais m’a fait passer le lien vers la vidéo de notre arrivée – merci à Captain Rougaille pour la photo et à Mickael Payet pour la vidéo !!