Paris / Ouagadougou / Accra

Hier je suis parti pour un vol “cargo” sur avion “passagers”, chargé uniquement de marchandises dans les soutes. Le prix du transport de fret aérien ayant beaucoup augmenté depuis le début de la crise sanitaire, nous effectuons souvent des vols de ce type qui sont pour le moment rentables. Le terrain d’Accra au Ghana est d’ailleurs fermé aux passagers, mais ouvert aux opérations cargo.

Arrivée à la préparation des vols à 10h30 pour un départ à 13h. Nous avons décollé face à l’ouest sur la piste 26R de CDG, contourné Paris par l’ouest, survolé Versailles, et mis le cap vers le sud ; survol de Moulins, du viaduc de Millau, de la région de Narbonne et Perpignan (photo) puis Majorque, l’ouest d’Alger…

Ensuite deux heures de désert Saharien, avec hélas beaucoup de nuages d’altitude. Et avant et pendant la descente sur Ouagadougou, enfin de jolis paysages à voir et photographier ! (Je regrette mon appareil photo bridge Lumix qui me permettait de zoomer plus fortement sur les paysages survolés, j’espère que le prochain iPhone aura un zoom optique x5… )

Après une approche RNAV GPS à Ouaga (ah, la généralisation des approches GPS donne beaucoup de sérénité aux pilotes ; sur certains terrains parfois les balises radio avaient un fonctionnement erratique…) en piste 22, déchargement du fret, remontée de containers vides et attente du créneau de décollage pour Accra.

A Ouagadougou pour préparer notre étape suivante nous avions besoin d’internet sur nos PilotPads mais la connexion était assez lente ; le responsable du chargement nous a confié un téléphone 4G qui nous a permis de nous connecter et de récupérer notre dossier de vol et les informations météo – pour ne pas oublier de le lui rendre, il l’a attaché à une mignonne peluche d’avion AF… Et avant notre départ un 757 cargo blanc comme un cygne se faisait remorquer jusqu’au point d’attente de la piste, les parkings étant assez exigus… Décollage en 1500m, avion très léger, quelques oiseaux et d’énormes chauves-souris nous frôlent après l’envol.

Après une heure de vol au niveau 410, descente et début d’approche sur Accra – vu d’en haut j’ai eu l‘impression d’une ville énorme et très étendue. ILS 21, roulage court, coupure des moteurs à 22h. Ne pas oublier de désarmer les toboggans des portes 1 et 2 car nous n’avons pas de PNC sur ce vol un peu spécial – le contexte est propice aux erreurs alors il faut prendre des marges, se surveiller mutuellement, et se mettre des aide-mémoires pour penser aux tâches inhabituelles ! Un petit carton météo sur lequel j’ai écrit « PORTES 1 et 2 » posé près des manettes de coupure moteur fait l’affaire…

Après le passage des consignes aux collègues qui repartent dans l’autre sens, les formalités douanières et administratives diverses, arrivée à l’hôtel vers minuit pour 48h de repos ; nous pourrions repartir au bout de 24h mais il n’y pas de vol tous les jours pour Accra. Hélas nous ne pouvons pas quitter l’hôtel, mais nous pouvons sortir de la chambre et prendre nos repas au bord de la piscine – c’est déjà très bien, en ce moment on a des joies simples… Retour prévu demain soir, toujours en cargo.

Paris / Roland-Garros

Petit récapitulatif de notre vol d’hier entre CDG et La Réunion. Quelques photos prises avant le départ, nous étions assez en avance à l’avion et nous avons pu assister à la fin de la « check » des mécanos qui changeaient un allumeur sur notre moteur droit… L’occasion de faire un tour autour de notre mastodonte, car je n’ai pas souvent l’occasion de déambuler près de l’avion !

Départ avec 50 minutes de retard, notre prestataire ayant oublié de charger les plateaux repas… le temps de les chercher dans tous les emplacements possibles et de se les faire apporter de l’autre côté de la plateforme, hélas ça prend du temps. Impossible de s’en passer, il est 18h et nous partons pour 11h de vol… Heureusement à bord, rien que du fret, donc seulement 3 pilotes qui râlent 😉

En croisière, quelques turbulences sur la Grèce (en vert), quelques évitements d’orages sur l’Afrique de l’Est…

Il y a des travaux sur le terrain de la Réunion 🇷🇪 – la piste 14 a été fermée juste avant notre arrivée, nous avons donc eu la chance de pouvoir atterrir en piste 12.
Il existe une approche RNAV mais c’est tellement mieux en approche à vue !

Petit résumé en vidéo :

Update : Après publication sur Twitter un gentil spotter réunionnais m’a fait passer le lien vers la vidéo de notre arrivée – merci à Captain Rougaille pour la photo et à Mickael Payet pour la vidéo !!

COVID-19

Voilà à quoi on ressemble quand on essaie de dormir en « mise en place » (c’est à dire un vol en tant que passager pour aller ou rentrer de mission) dans un avion ces temps-ci… 😷

D’ailleurs j’ai découvert qu’on pouvait fort bien avoir accès aux paramètres de vol depuis le siège 3L dans le 777.

La prochaine fois j’essaie de m’installer là pour piloter, c’est bien plus confortable. 😉

Le TWA HOTEL

Je n’aurais jamais dû voir le TWA Hotel.

J’étais de réserve à l’hôtel de Roissy, quand Thierry du planning, de sa voix suave et mélodieuse, m’a passé un coup de fil : « ce soir tu pars sur Shanghai / Singapour à 23h30 ! » puis, quelques minutes plus tard « ah ben non finalement y’a François qui s’est bloqué le dos, fonce, on t’attend sur le New-York de 14h20, retour en mise en place jeudi matin ! » Premier coup de bol : en cette période si particulière où notre programme de vols est abattu de 90%, et où beaucoup de pilotes sont cloués au sol, partir voler c’était inespéré !

Deuxième coup de bol : en général, les équipages Air France ont la chance d’être hébergés en centre ville, lorsque le temps d’escale le permet. Du 3 au 10 juin, à cause des émeutes aux USA, la Direction de la Sûreté avait décidé de nous « déloger » à l’aéroport de JFK. Je suis arrivé le 9. Cette fois-ci, la chance c’était de dormir à l’aéroport – ce qui m’a permis de découvrir cet hôtel mythique de 512 chambres, établi dans l’ancien terminal de la compagnie TWA, conçu par l’architecte Eero Saarinen au début des années 1960.

Evidemment, les conditions étaient particulières : la magnifique piscine, la salle de sport et les bars et restaurants étaient fermés. Nous avons tout de même pu prendre une Sam Adams et un Hot Dog au soleil avec mes 2 officiers pilotes. La journée du lendemain a été un peu longue mais j’ai pu me promener dans les couloirs et sous l’aile de Connie, le magnifique Super Constellation qui trône devant le bâtiment. J’ai ramené quelques photos que je partage avec vous, en espérant y retourner un jour !

Bot aéro sur Telegram

Un ami pilote vient de créer un bot logiciel qui utilise la messagerie sécurisée Telegram (https://telegram.org) pour obtenir les NOTAMS actualisés et la météo (TAF / METAR) et surveiller ainsi les terrains de votre choix. Vous pouvez donc les recevoir par push !

C’est par là que ça se passe : t.me/blinkAeroBot

Vous pouvez taper /help pour connaitre les commandes disponibles, /monitor XXXX pour débuter la surveillance d’un terrain, /list pour les terrains surveillés, …

Un an de 777

Il y a juste une année, je commençais mon stage de qualification sur Boeing 777.

J’ai donc eu droit hier à mon contrôle simulateur annuel, une séance assez « classique » avec des exercices réglementaires qui se ressemblent beaucoup chaque année. Il y a un petit voyage (Seattle – Vancouver cette année) avec deux pannes mineures et une panne moteur en descente, puis des exercices de panne moteur au décollage, retour rapide, remise de gaz cause météo, et atterrissage. On termine la séance par les entraînements aux « LVO » pour Low Visibility Operations, avec décollages et atterrissages, avec ou sans panne, dans le pire brouillard possible (75m de visibilité, le 777 se pose à 300 km/h…)

Le contrôle s’est bien passé, merci, me voilà revalidé pour un an.

Aujourd’hui c’était la récompense ! Une séance d’entraînement pur, avec des exercices faits sans « pression » puisque ni notre vie ni notre licence n’en dépendent… dans un excellent esprit avec un instructeur qui nous a fait donner le meilleur de nous-mêmes, et qui dès le briefing nous a dit qu’on était là pour se faire plaisir !…


Panne moteur en croisière suivie d’un déroutement sur Kangerlussuaq au Groenland, récupération de l’avion dans des postions inusuelles dignes d’un avion de voltige, approches particulières avec des surprises comme un feu en cabine juste avant l’atterrissage, détection et rattrapage d’erreurs volontaires du contrôleur ou du collègue complice, et panne hydraulique pour finir.

Un peu fatiguant j’avoue, mais l’objectif de l’instructeur était rempli, j’ai pris du plaisir pendant cette séance et cela ne m’était pas arrivé depuis très longtemps au simulateur ! Merci à Gilles (et Richard) pour cette séance après laquelle on se sent en confiance dans son niveau professionnel !

Remove before flight

Petit coup de pub pour une boutique en ligne que je viens de découvrir et qui a été créée par un collègue OPL moyen courrier AF.

Vous pouvez y commander des « flammes » au design original, typées aéro, pleines d’humour !

Et avec le code NOELZEPYAF vous avez 15% de réduction sur tout le site !

Pour les coffee-addicts

Je ne fume pas, je bois une bière par rotation, et à part ma geekitude relative je ne crois pas avoir beaucoup d’addictions, sauf celle de mon expresso du matin.

Pour satisfaire mes désirs caféinomaniaques, ma tendre épouse m’a offert l’an dernier une machine NOWPRESSO qui permet de se délecter d’un café en dosette (What else ? ) dans l’avion, à l’hôtel ou en randonnée…

J’ai demandé à la société qui fabrique la machine un code promo pour une collègue de mon équipage, et je vous le transmets au cas où vous souhaitez en profiter : en ajoutant NP15 à votre commande vous aurez 15% de réduction. Alors oui, c’est un produit de luxe, mais ceux qui apprécient un expresso au réveil à 3h du matin en jet lag en attendant l’ouverture du petit déjeuner sur leurs vols USA comprendront. (Je précise que je n’y gagne RIEN, ceci n’est pas un post sponsorisé !

Paris – Santiago

Hier, j’ai parcouru pour la première fois la magnifique route vers le Chili, avec le survol des chutes d’Iguaçu et de la Cordillère des Andes.

Nous avons eu beaucoup de chance avec une météo magnifique, presque pas de vent donc aucune turbulences en passant tout près de l’Aconcagua.

Mon seul regret est d’être cloitré à l’hôtel à cause des tensions sociales dans le pays, alors que la région de Santiago regorge de randonnées et de balades magnifiques… Il faudra revenir !

PiloTest

Si vous voulez vous entraîner aux tests de sélection pilote des différentes compagnies aériennes, allez faire un tour sur Pilotest !

« Entraînez vous sur les tests actuels psy0 et psy1, ENAC EPL, Air France pilote cadet ou pro. Préparez les tests CUT-ECOMPASSPILAPT® ou DLR…  » Ils ont même négocié une réduction de 20% chez AviaSim… et je vous conseille leur très bon article sur la « culture aéronautique » spéciale concours Cadets !

San Francisco

Ca faisait 15 ans que je n’étais pas venu en fonction… Quel plaisir de retrouver cette ville un jour d’Halloween, de parcourir le Golden Gate à vélo sous un grand soleil…

In flight photos

Hier au milieu de l’Atlantique nous avons volé tout près d’un A330 d’Aer Lingus. La distance de séparation verticale minimale normale étant de 300m (1000ft) ça permet de se voir assez nettement !

L’équipage nous a contacté à la radio sur la fréquence 123.45 qui permet aux pilotes de discuter et de s’échanger des infos à propos de turbulences ou d’optimiser nos niveaux de vol.

J’ai transmis mon adresse mail, et j’ai reçu ce matin une jolie photo de notre vénérable 777-200 F-GSPB !

F-GSPB

Voici la photo de nos confrères d’Aer Lingus, mais je regrette mon LUMIX avec zoom optique 20X… trop gros pour ma valise…

Aer Lingus A330

Au même moment un collègue est venu frimer avec son iPhone 11 Pro tout neuf (oui je suis jaloux 😉) ce qui m’a donné l’occasion d’essayer le nouvel objectif grand angle dans le cockpit… voilà le résultat.

Bel objectif, cet iPhone 11 Pro…

Notre route passait à la pointe sud du Groenland que nous avons pu admirer pendant quelques minutes.