Dernier simu 320

20/21 octobre 2018, je fais mes 2 dernières séances d’ECP (Entraînement et Contrôle Périodique) avant départ sur 777 le 3 décembre.

Je me rappelle d’un post qui date de 2012 et qui traitait d’une séance de simu…

J’avais dû faire d’autres posts là dessus après ma qualification 320 en 2007 mais tout ça s’est perdu dans les limbes de WordPress et d’internet…

Ca me donne l’occasion de poster un petit peu sur ce blog qui pourrait paraître à l’abandon… je suis cependant toujours actif sur Twitter (@zepyaf) et j’avoue que le côté « pocket blogging » de ce media me plaît bien.

Mais je vais essayer, dans les prochains mois, de revenir poster ici, et de retour sur Long Courrier peut-être aurai-je l’occasion d’étoffer un peu ma galerie de photos aéro

Je viens d’ailleurs de prendre le temps d’ajouter quelques photos plus récentes dans mes galeries, allez jeter un œil ! J’ai aussi changé le thème de la page d’accueil et mis à jours quelques liens « morts »…

Ironie du sort : ma séance simu d’hier se terminait à Marseille Provence, où j’ai le bonheur d’être encore basé jusqu’à la fin du mois, et où j’ai passé 7 mois fantastiques avec des approches à vue fréquentes et des ambiances équipages vraiment sympa…

Et ce matin, ma dernière séance de simu sur 320 se passait à Londres Gatwick, aéroport où il est prévu que j’aille faire un petit séjour pendant ma qualification sur B777, suite au manque de ressources à CDG tant le nombre de qualifs est important cet hiver.

Merci à tous pour vos messages et à bientôt sur l’aéro-blog !

Pile ou face

Croisé à Nice voilà quelques mois, le Boeing 737 N737ER arbore une livrée différente de chaque côté… Spectaculaire et original !…

Un stage de vol à voile en 1965

J’ai volé récemment avec un copilote instructeur planeur, avec qui j’ai parlé d’un film réalisé en 1965 par mon père à l’occasion d’un stage de vol à voile à Saint-Auban…

Il m’a conseillé de remettre en ligne ce film que j’ai vu plusieurs fois pendant mon enfance et mon adolescence et qui a certainement contribué à ma vocation aéronautique.

Soyez indulgents sur la qualité, c’est numérisé à partir de Super8 couplé à un magnétophone à bandes (!) et le tout remonté dans iMovie il y a quelques années, d’où la synchronisation image-son parfois un peu chaotique. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, et si vous appréciez, partager parmi les vélivoles ! 

 

4 mars 1988

C’était il y a 30 ans. Jour pour jour.

J’avais 16 ans, j’étais en Première S au lycée Henri Poincaré de Nancy.

Vers midi, ma mère est venue me chercher avec mon petit frère et m’a dit « Ton papa a eu un accident d’avion. On n’est plus que nous trois… »

Dans la matinée, elle l’avait appris à la radio… « Il n’y a pas de survivant dans l’avion de la TAT qui s’est écrasé ce matin en Seine et Marne – cet avion effectuait la ligne Nancy-Paris… »

Mon père était le commandant de bord du Fairchild 227 qui s’est écrasé ce matin-là près de Melun.

Les jours, les semaines et les mois suivants, nous avons entendu et lu des articles épouvantables écrits par des « journalistes » pseudo experts aériens, qui chargeaient honteusement les pilotes puisque plus personne n’était là pour se défendre.

Le rapport du BEA innocenta l’équipage, l’hypothèse retenue fut celle-ci : l’avion avait un élément défectueux qui trimmait la commande de profondeur hors limite à cabrer, à l’insu des pilotes ; il s’était produit juste à ce moment une panne électrique totale, indépendante du souci de trim…. La fameuse loi de l’emmerdement maximum…. Sans horizon artificiel de secours (pas obligatoire sur cet avion à l’époque) il était impossible de récupérer l’avion en IMC.

Des rumeurs sur une autre cause de l’accident circulaient, et je me disais à l’épisode que dans 20 ou 30 ans, comme pour la Caravelle Ajaccio – Nice, des témoignages émergeraient et nous aideraient à comprendre ce qui s’était passé.

30 ans plus tard, c’est aujourd’hui…

J’ai écrit ce simple post parce que je pense à lui, à son équipage et à ses passagers.

Paris sous la neige

Airbus Jaws…

Comment occuper 10′ de béton quand tu es garé au large en D09…

Night Flights Vol.2 : Star Trail

A ce niveau là, ce n’est plus de la vidéo aéronautique, c’est de l’Art !

Oleg

C’est pas tous les jours qu’on a la visite d’un cosmonaute dans le cockpit !

Oleg, 46 ans (exactement comme Séverin et moi) était dans la station spatiale en même temps que notre collègue Thomas Pesquet. Il terminait un cycle de conférences et de visites en France et rentrait de Toulouse à CDG puis chez lui à Moscou.

Oleg nous a fait la joie d’une visite au poste avec sa fille , il était ravi d’assister à l’atterrisage à Roissy.

Pour l’anecdote, au moment de la sortie du train d’atterrisage, on lui a dit « this, you don’t have in the Soyouz ! » 

Air France Remix by Fuse

(Badoum, Baaaa.)

Aerobatix

Vêtements pour aviateurs

Allez, c’est pas souvent que je fais de la pub, mais là en plus c’est totalement désintéressé : je suis FAN de cette marque de vêtements orientés aéronautique – plein de beaux blousons, t-shirts et vestes avec des logos de pilotes, d’aéroports et de voltige aérienne.

C’est plus abordable pendant les soldes, mais c’est de la belle qualité. Je recommande !

Bluffant : le trafic aérien en 3D


Signes…

Bon, les extraterrestres, on en parle ?