L’enjeu de la grève à Air France

Je relaie ici le texte d’un collègue pilote sur long-courrier – je n’en suis pas l’auteur, mais j’adhère et je trouve que les raisons et l’enjeu du conflit sont fort bien expliqués.

Les pilotes de la compagnie ne sont ni des fous suicidaires, ni des inconscients jusqu’aux-boutistes. Le SNPL AF n’a plus fait grève depuis 2002, soit douze ans. Je laisse aussi aux ignorants, aux haineux et aux jaloux le terme de «privilégiés », qui fait rire quiconque connait mon parcours, comme celui de nombre de mes collègues…

Je voudrais simplement alerter sur la nature de la menace, faire comprendre les raisons de notre mobilisation, et amener à réfléchir tous ceux qui, faute d’information contradictoire, ne peuvent que croire les messages trompeurs d’une Direction très efficace en manipulation et disposant de relais zélés, qu’elle peut acheter à loisir (voir le « coup de gueule » bien orchestré d’une déléguée CFDT…)

Nous ne nous battons pas pour nous, surtout les vieux qui comme moi sont sur LC. (Que risquons-nous à voir démanteler le MC et surtout le CC d’Air France ? Pour les 5 à 10 ans qui viennent, rien ! Et dans 10 ans la majorité des CDB LC actuels sera à la retraite…)

Ce qui est sur la table n’est que la première étape d’un processus bien orchestré : La création d’une compagnie « pan européenne » de droit portugais (très proche de l’irlandais) afin de délocaliser pour commencer les emplois les plus facilement dé localisables : Les PN (je parle des pilotes, qu’il faut abattre en premier, vu leurs accords de protection de périmètre. Ensuite, ce sera les PNC, c’est plus facile…). En effet, quelle différence entre un CDG TXL CDG et TXL CDG TXL en plage journalière ? Aucune. Tu fais simplement faire les mêmes vols par des PN sous contrat étranger.

Ainsi tu échappes aux charges patronales françaises exorbitantes, tu payes moins tes portugais, slovènes, polonais et ensuite chinois, tu te fais plein de tunes et les banques et tes actionnaires se frottent les mains. Sauf que tu as tué l’emploi PN français sur le MC et le CC. Mais ça tu t’en fiches !

Tu siphonnes le marché français, étrangle le MC AF (Mais ce n’est pas ton problème, tu es PDG d’une holding, et seul le résultat de ta holding compte. AF c’est le problème de son PDG… Ca tombe bien tu ne l’aimes pas plus que ça !)

Ensuite, qu’est ce qui se passe ? Restent les non-délocalisables : le PS. Ceux là même qui croyaient bon d’applaudir quand tu as équarri les navigants, ces salauds de privilégiés. Sauf qu’ils n’ont plus de boulot, puisque tes escales de base sont maintenant nombreuses à l’étranger, bien installées en Tchéquie, Portugal, Grèce et, si ceux-ci deviennent trop chers, en Bulgarie, Roumanie, mais plus rien en France ! On n’arrête pas un système qui rapporte… Donc tu fermes tes bases France, qui n’ont plus rien à faire. PDV financés par tes bénéfices faits avec Transavia Europe en détruisant l’impossible marché du travail français, ce dont tu te moques toujours autant.

C’est déjà ce qui est fait sur LC : TOUTES les escales LC d’Air France sont passées ces dernières années sous contrat local, ou au mieux faites par KLM…

L’avenir selon ADJ ? Pour les pilotes actuels d’Air France, un espace de plus en plus restreint, car après le CC, le MC, viendra pour les mêmes raisons inchangées le tour du LC, à échéance de 10, 15 ans … Pour les autres pilotes français et ceux du futur, un avenir à l’étranger. L’Etat français y perdra les charges et les impôts. Et Dieu sait que nous en payons, nous, comme nos loyers, d’ailleurs, sans compte off shore ! Nous qui ne sommes ni des « sans dents » ni des « illettrés » mais des « privilégiés »… Et la CRPN ira rejoindre le puit sans fond de l’AGIRC et ARCO… Mais ça, à 1 million d’euros annuels, toi, tu t’en bas les…

Au-delà de l’exil forcé des pilotes, qui feront leur avenir en langue anglaise, quid des PNC et du PS ?

Les premiers seront remplacés par des populations de moins disant sociaux, et la différence entre les contrats PNC AF et ceux de l’étranger sont sans commune mesure avec les différences entre les contrats pilotes AF et étrangers. Quand au PS AF, il disparaitra faute d’emploi, et sera délocalisé en Inde pour la paye, au Maroc pour l’entretien, à Amsterdam pour le Siège, et les chambres de commerce feront les touchées de la Compagnie qui marche : Transavia Europe (dans laquelle d’ailleurs des pilotes français voleront certainement…).

Alors la CFDT, la CGC qui nous attaque aujourd’hui feraient bien gaffe de ne pas trop croire les promesses obtenues de la Direction pour ce soutien…

Si nous perdons ce conflit, nous, vieux dinosaures, nous en iront progressivement, derniers détenteurs d’un vrai statut de salarié de droit français. Les autres pilotes français iront voler ailleurs, car on a besoin de pilotes partout… Ils ne gagneront pas beaucoup moins et même, pour certains feront de meilleures carrières. C’est un beau métier, que l’on décolle de HGK ou de Paris… Mais en France, il ne restera rien de l’aéronautique, que les chambres de commerce et Transavia Europe, sans aucun employé français…

C’est cela que nous combattons, cet avenir, pour les jeunes pilotes, les enfants, les vôtres peut être, qui souhaiteraient exercer ces métiers sous droit français, même aménagé. Ceux qui ne comprennent pas cela aujourd’hui, où ne veulent croire qu’à la propagande de nos « Elites » dirigeantes devront s’en souvenir quand leur tour et celui de leurs enfants sera venu.

 

67 réponses sur “L’enjeu de la grève à Air France”

  1. Très intéressant.

    Vite une SCOP Air France alors non ?
    Si le pilote des pilotes (et des autres) ne sait pas voler en équipage.

    Je vois bien les manœuvres de la direction pour gagner la bataille de la communication. Elles ne sont pas toutes fines effectivement mais diablement efficaces. Bien plus que les réponses stéréotypées que SUD RAIL est aussi capable de faire.
    Quelles réponses les pilotes fournissent t’ils à l’opinion à part une réunion où, tous en uniforme (symbole statutaire), ils font blocs ?

    Je m’étonne que personne n’ai rappelé par le détail les efforts réels déjà fait (ou alors perdu dans le bruit du bashing d’Air Chance et de la France en général). N’est-ce pas le rôle des syndicats ? Montrer que les méchants ce ne sont pas les pilotes ? Va t’il falloir que je me paluche les communiqués de presse depuis 2012 pour le savoir ?

    N’est-il pas logique, qu’imaginant votre forteresse tellement imprenable et inaccessible à ces aménagements/évolutions (ce qu’on peut démentir facilement en rappelant les efforts déjà consentis…), le personnel au sol se voie déjà comme la variable d’ajustement ? (et d’externalisation ?).

    Qu’est ce que je peux penser ?
    Je ne sais pas quoi en penser.
    Peut être que cela montre surtout l’urgence de remettre à flot ce pays, faire des économie et réduire les charges

    Bonne journée, et bon courage

  2. Bonjour
    J’espère que vous n’y verrez pas d’inconvénient, je me permets de relayer cet intéressant point de vue sur notre site deplacementspros.com qui essaie de balayer tous les points de vue sur ce mouvement qui nous intéresse puisque, naturellement, il perturbe quelque peu les voyages d’affaires.
    Vous remerciant de l’avoir vous même édité et cordialement

  3. C’est triste de voir a quel point les pilotes peuvent vivre dans leur monde et croire envers et contre tous qu’ils se battent pour la veuve et l’orphelin.

    Quelles sont les alternatived proposees par les pilotes? Air france pourrait ne rien faire, et pretendre que ryanair, easyjet et cmperes n’existent pas., ne toucher a rien, et le resultat sera que dans 5 ans la companie n’existera plus.

    L’alternative proposee dans ce post est illusoire. Elle n’existe pas. Il n’y a pas d’avenir ou air france ne change pas et ou des jeunes pilotes exercent leur metier en droit francais. Air france ne vit pas en isolation du reste du monde. L’ignorer c’est faire une erreur mortelle.

    Si les pilotes veulent vraiment faire bouger les choses qu’ils travaillent a la convergence des droits sociaux en europe, qu’ils abandonnent certains de leurs privileges (aussi bizzare que cela paraisse, 99,9% de la population paye ses billets d’avions), beaucoups de professionnels font de longues journees de travail, et ne rentre pas chez eux tois les soirs, mais n’ont pas des journees extensivent de recuperation.

    Pour le moment, tout ce que les pilotes font et disent demontre simplement qu’il n’ont plus les pieds sur terre. Il serait temps d’atterir

  4. « Les enjeux du conflit sont fort bien expliqués » De qui se moque t-on ! Garantir le même calcul de rémunération entre les pilotes de Transavia France et ceux d’Air France serait selon votre ami LA solution pour garantir nos emplois de demain… restons sérieux, si le conflit était pour contrer les Compagnies à bas-coût, le réveil est un peu tardif et la solution fort simpliste.
    Je suis syndicaliste CFDT du Groupe Air France et fier de l’engagement de mon organisation syndical et de l’ensemble des salariés de notre belle Compagnie, Compagnie que cette grève absurde va finir par faire disparaître.

    Et pour ceux qui pensent que cela est impossible, retournez vous et cherchez les pavillons de la Panam fondé en 1926 disparue en 1991, de sabena fondé en 1923 disparue en 2001, swissair fondé en 1936 disparue en 2002 pour ne retenir que celle ci, mais, si vous avez un peu de temps, cherchez sur internet pour les nombreuses autres ! Et par la même occasion prenez connaissance du rapport Abraham.

  5. Votre vision demeure très simpliste.
    Avec celle-ci, Volkswagen ne lance jamais une usine hors d’Allemagne, puisque les ouvriers et les ingénieurs s’y opposeraient au nom de la concurrence déloyale, des coûts inférieurs et blablabla…

    Pourtant, aujourd’hui, VW est dans le TOP 3 avec des usines partout dans le monde, aucun métier à valeur ajouté délocalisé et des salariés allemands qui ont beneficié à plein de la croissance sur des marchés externes.

    Quel est l’avenir d’Air France vu de l’intérieur et au coeur de la stratégie du groupe?
    Air France KLM n’a plus la taille critique pour grandir, ses coûts sont trop élevés, en partie par des charges de structures trop élevés (Siège et staff sol) et des coûts variables aussi trop élevés (PNC et PNT, Escale). Sur des destinations de plus de 10h, les pilotes coutent deux fois plus chers que la concurrence, pas en salaire mais aussi par des règles beaucoup plus souples que celle standard!

    Sans croissance, on parle de quoi? Moyen-Courrier : Easyjet/Vueling récupère nos slots de Orly, attaque nos parts de marché sur le segment affaire et boum plus de Point à Point et de hub.
    et après sans moyen-courrier ce sera le Long-Courrier : La bataille du moyen-orient est perdu, celle de l’Asie du Sud-Est en passe de l’être, celle de la Chine et du Japon, très fluctuante au gré des taux de change. Sur l’Atlantique Nord, Delta est dans une santé insolente et met la pression sur la joint-venture dans son ensemble. Sur l’Amérique Sud et l’Afrique, nous sommes à la merci des Turkish et des Latam qui se restructure et devienne compétitif.

    Aujourd’hui, nous devons ralentir les low-cost? Aux USA, leur part stagne à 45%. Pourquoi, parce que les couts de DL, UA, AA et autre sont équivalent aux low-cost. Transavia c’est ca, un outil qui doit bloquer les low-cost, les faire ralentir, occuper le terrain. Et une low-cost qui ralentit perd un de ces avantages compétitifs.

    Ce que vous bloquez aujourd’hui, c’est notre capacité à nous battre demain! C’est dommage, court-termiste, corporatiste et égoiste.

  6. Merci d expliquer ce pour quoi vous vous battez aujourd’hui.
    Cependant le couplet sur les PS qui se marrent aurait pu être épargné.
    Je crois que par les temps qui court. Le seul mot est solidarité.

  7. « Le SNPL AF n’a plus fait grève depuis 2002, soit douze ans. » Sans remettre en cause l’ensemble de l’information… Il y a eu grève de leur part en novembre 2008…

  8. Je fais également partie des « dinosaures » d’Air France avec plus de 30 ans dans les cockpits d’Air France. Aujourd’hui, j’ai le sentiment de revivre ce que j’ai connu de l’extérieur avec l’arrivée de l’équipage à 2 au sein d’Air France dans les années 80. L’attitude du SNPL était très claire à l’époque: « le PEQ 2 sur les avions d’Air France: jamais »…quitte à ne pas acheter les 737 et laisser par terre de nombreux jeunes pilotes en attente…résultat, nous avons été les derniers à accepter de voler à 2…

    Aujourd’hui, aucun adhérent du SNPL n’envisage de refuser de partir en vol à 2 sur MC comme sur LC…même au-delà de 8h de vol sur LC, ce que refusent toujours nos collègues américains…

    Les pilotes d’Air France qui sont partis, sur volontariat incité, voler sur les avions de Transavia dans le strict respect de l’accord signé récemment par le SNPL n’ont pas demandé, que je sache, à revenir voler sur MC au sein de la maison mère…et s’ils étaient heureux de voler sur Transavia?…

    Le SNPL s’est mis, tout seul dans une situation bien difficile en signant il y a quelques mois l’accord permettant d’exploiter 14 avions Transavia avec des équipages AF aux conditions Transavia, et en refusant aujourd’hui de permettre l’extension de cet accord à un nombre plus important d’avions, accord qui une fois de plus est basé sur le seul volontariat.

    Ce que mon collègue décrit plus haut dans son post, c’est l’arrivée de la mondialisation et les méfaits du dumping social qui en découle…mais que propose-t-il pour y faire face?…rien malheureusement car la mondialisation est en marche et frappe tous les secteurs de l’économie…Que propose le SNPL?…l’immobilisme à la façon « docker marseillais »? …Le SNPL vient d’engager ses adhérents et la population pilote par voie de conséquence (ou plutôt par « panurgisme » pour beaucoup) dans une lutte suicidaire en prenant le risque invraisemblable de laisser des 737 achetés par un groupe français voler en Europe avec des équipages non français alors que nombre de jeunes pilotes français resteront à terre…

    Cette attitude guerrière a donné les résultats que l’on connait il y a 30 ans lors de l’arrivée de l’équipage à 2, et plus récemment lors du déplafonnement…Aujourd’hui, après avoir refusé en 2008 de laisser voler des pilotes au delà de 60 ans, après avoir incité les pilotes à faire grève 4 jours sur ce motif, le SNPL est bien obligé de constater que plus de 60% des CDB, dont bon nombre d’adhérents du SNPL, demandent à prolonger leur activité au delà de 60 ans…preuve s’il en est que le combat que nous proposait le SNPL à l’époque n’était pas le bon…ce qu’il fallait, et je suis pas le seul à le dire, c’était négocier au mieux ce qui était à l’époque négociable pour inciter les anciens à partir…ce qui n’a pas été fait…

    Aujourd’hui, plutôt que de continuer à s’entêter dans une attitude jusqu’au-boutiste suicidaire, attitude nouvelle de la part du SNPL après tant d’années de « cogestion », attitude que l’on peut bien entendu comprendre après le dernier échec électoral subi par le SNPL, et à quelques mois des prochaines élections internes, il est maintenant grand temps de revenir à la table de négociation et d’obtenir ce qui peut encore l’être: le maintien sinon l’amélioration des conditions définies dans le précédent accord signé par le SNPL concernant Transavia (notamment les primes d’incitation), la définition précise du périmètre de Transavia France, Transavia Pays Bas et Transavia Europe, avec pour objectif de faire en sorte qu’un maximum de pilotes français puissent voler sur les avions de Transavia Europe… Bon nombre de jeunes pilotes français apprécieraient de pouvoir voler sur des avions appartenant au Groupe AF-KLM aux conditions Transavia en attendant de poursuivre leur carrière au sein du Groupe plutôt que d’aller voler, au mieux, sur des avions mal entretenus au fin fond de l’Afrique, ou, au pire, de rester caissier dans le centre commercial le plus proche de leur domicile…

    Jérôme Gambut
    CDB 777

  9. Merci à tous pour vos commentaires.

    Jérôme, je partage ton avis sur le manque de propositions concrètes du SNPL face au projet de Transavia Europe – mais il semble que la direction ne donne aucune information sur le business plan et les conditions de travail dans cette future entité, ce qui ne facilite pas les choses pour se positionner.
    Quelle solution alors ? Négocier une sortie par le haut en favorisant l’embauche de pilotes français chez Transavia Europe en espérant que les accords sur le périmètre seront cette fois-ci respectés ?… si seulement ! Pour ma part je ne souhaite pas que ce mouvement se prolonge, je ne demande qu’à retourner voler, mais pas sans garanties sur l’emploi des pilotes français…

  10. C’est bien là le travail d’un syndicat que d’inciter la direction de la compagnie à préciser ses intentions et de négocier les meilleures conditions de travail possibles…Il y a une vraie chance à saisir en matière d’embauche et de développement de carrières à travers la croissance de Transavia. Ne pas la saisir serait totalement irresponsable…

    Or à cet instant, je n’entends parler que de prolongation de la grève pour 4 jours de plus avec comme leitmotiv « le premier qui cède a perdu »…Est-ce là un discours acceptable de la part de dirigeants d’une organisation professionnelle?…

    Comme beaucoup de collègues bien trop passifs à mon goût, je ne me reconnais pas à travers cette attitude suicidaire…il faut aussi savoir sortir d’une grève, une grève qui n’est toujours qu’un constat d’échec…

    Il est grand temps de reprendre le chemin de la négociation et de travailler au développement de Transavia, notre seul espoir de ralentir la progression à deux chiffres d’EasyJet et Ryanair…

    Jérôme Gambut
    CDB 777

  11. Dommage que ce billet ne soit que pour les initiés… N’en étant pas un j’ai laissé tomber après : « En effet, quelle différence entre un CDG TXL CDG et TXL CDG TXL en plage journalière ? Aucune. Tu fais simplement faire les mêmes vols par des PN sous contrat étranger. »

  12. « Sauf que tu as tué l’emploi PN français sur le MC et le CC. Mais ça tu t’en fiches ! »

    Moi qui croyait qu’Air France avait deja fait ca depuis bien des années 😉

  13. Le dumping social, qui en est responsable?
    Moi en autre en ne volant pas avec A.F car les billets sont chers, vous en achetant des produits made in China.
    Certes cela ne fait pas plaisir d’être en concurrence, mais je pense que cela se fera tôt ou tard.

    Faire grève de cette façon, avec un flingue sur la tempe de la direction, que c’est pathétique. On dirait des gamins qui se battent dans un bas à sable.
    La négociation ne va pas assez vite? Et bien donnez du temps à cela, après tout, les syndicats êtes là pour négociez, échangez, et non sortir l’arme fatal en guise de préambule.

    Ce n’est que du gâchis ou seul la fierté de gagner l’emporte sur le bien de la société.

  14. Ce point de vue d’un PNT est très instructif et intéressant pour la bonne compréhension du conflit actuel.
    Il montre en effet à quel point cette corporation est à mille lieux de la réalité de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Et ce qui est plus intéressant encore, c’est que la situation d’AF présente de nombreuses similitudes avec celle de la France empêtrée dans ses archaïsmes et incapable de réformer efficacement.

    A la première lecture de ce billet, on ne peut être que d’accord avec les motivations des pilotes qui demeurent fort louables : ne pas perdre des acquis sociaux et un statut obtenu de longue date et éviter une nivellement par le bas des nouveaux embauchés, avec des contrats de droits portugais par exemple.

    Seulement voilà : nous n’avons plus le choix ! AF est actuellement une compagnie qui est en sursis. Si elle ne réagit pas à court terme avec des réformes profondes (par ex la création de Transavia Europe), elle disparaitra tout simplement, et beaucoup plus vite que certaines ne peuvent le penser. Sa santé est très fragile et sa trésorerie relativement limitée. A quoi bon défendre des acquis archaïques si dans quelques mois tout le monde se retrouve à Pôle Emploi ??
    L’activité CC a déjà beaucoup souffert de l’arrivée du TGV qui continue à s’étendre (BOD sera la prochaine conquête en 2017 avec la disparition de la Navette sur cette escale, puis Toulouse dans une moindre mesure). Des opérateurs efficaces continuent à s’étendre sur le CC sur les mêmes escales qu’AF : Easy Jet, Vueling et Volotea plus récemment (Ryanair ne jouant pas dans la même cour). Idem pour l’activité MC dont la seule raison d’être va se limiter à l’alimentation du hub de CDG.
    Afin de contrer tous ces nouveaux concurrents, il est clair que les contrats actuels ne le permettent pas. L’idées étant justement d’aller chasser sur les plates bandes des autres low cost pour les étouffer plus vite, quitte à vendre ad cost. C’est la politique de la terre brûlée qui a efficacement réussi dans d’autres domaines. Pour lutter à armes égales, le droit du travail français, trop arriéré, complexe et restrictif n’est pas le bon choix. Un PNT AF coûte 70% de plus qu’un PNT Easy Jet par exemple : non pas parce qu’il est moins payé mais parcequ’il travaille beaucoup plus d’heures par jour …

    Si on revient à l’échelle du pays, il faudra bien un jour qu’un gouvernement ait le courage de vraiment s’attaquer au tabou du code du travail avec la fusion CDI / CDD : A force de trop vouloir protéger les salariés, le système se retourne contre eux avec 85% des embauches qui se font en CDD car le CDI est trop risqué. Là est l’une des clés de la résolution du chômage. Pour AF, c’est la même chose : seul des contrats plus flexibles permettront à la compagnie de s’en sortir efficacement. On peut le regretter mais c’est la réalité et il faut la voir en face et ne plus rester dans la politique du déni.

  15. À vous entendre, transavia Europe menacerait Air France et justifierait une grève pour sauvegarder les futurs emplois.

    Mais pourquoi, à votre avis, les pilotes de KLM ne font ils pas greve eux aussi contre ce même projet? Sont ils inconscients du risque qui les guette? Ou pensent ils comme beaucoup que cette grève serait injustifiable…

  16. Je ne demande qu’à voler plus et à être « utilisé » plus efficacement ! M’adapter et aller voler à Transavia ? Avec plaisir ! Aux conditions Transavia France ? Avec plaisir ! Laisser ma caisse de retraite couler parce que 20% des navigants français sont obligés d’aller voler pour Transavia Europe en contrat local ? Non…

  17. Étant PS Air France, je ne me permettrais pas de laisser un avis sur le fond de ce conflit qui, de toute manière, est fort regrettable quoiqu’on en pense.
    Sur la forme, j’aimerais quand même precisé qu’outre les caprices de « divas » des pilotes, la Direction générale ne propose guère de solutions depuis 4 ans pour permettre à Air France de repartir à l’attaque et ce, même quand les gens sont motivés et réclament du travail. Depuis toutes ces années, le mot d’ordre est à la réduction d’effectif et à l’abandon d’activités…. Je suis rentré à la compagnie il y a 15 ans environ sur l’escale de Nice. Nous étions 950 agents ! 15 ans après et à coups d’abandons successifs d’activités et de plans volontaires de départ, nous ne serons plus que 400 sur l’escale en mars prochain… Bref, le direction avec ses grandes déclarations, n’invente rien. Elle applique simplement une méthode, vieille comme le monde: réduire les coûts.
    Aujourd’hui, elle cherche à faire de même avec les PNT, longtemps jugés par tous comme intouchables.
    Dans une certaine mesure, on peut comprendre cette recherche perpétuelle. Simplement, il y a danger à être une entreprise qui ne créee rien…
    Les élites sont incapables d’innover ou de lutter efficacement contre les low-cost, comme par exemple faire des campagnes de pubs agressives contre nos concurrents…
    Quant à Mr de Juniac qui ne salue même pas les PS quand il vient sur Nice et qui a été parachuté par Mr Sarkozy, au lieu de passer son temps à regarder les privilèges des autres, il ferait mieux de balayer devant sa porte… A peine arriver et alors que l’entreprise avait des difficultés, il n’a pas hésité à augmenter son salaire à 1000000 €/an (Mr spinetta en gagnait 800000…) et surtout à demander au CA de la boîte de lui accorder une retraite parachute de 3000000 € (chose que le CA lui avait refusé à l’époque….)
    Conclusion: que toutes ces têtes pensantes se mettent une bonne fois pour toute autour de la table afin de trouver LA bonne synergie qui permettra à Air France de garder son prestige…

  18. La solution c’est peut etre un contrat unique aux conditions de Transavia France. Est ce que ce serait acceptable? Je comprends bien votre point de vue. Garder les emplois et les competences en France. Apparament, les couts des pilotes sont trop haut, donc la solution c’est d’augmenter les heures de travail vu qu’on ne va pas baisser les salaires. Apparament, les conditions offertes par Transavia France sont acceptables. N’est ce pas la solution? Comment sont les conditions de HOP! je ne les connais pas.

  19. C’est pas parce qu’on a pas fait greve depuis 12 ans , que cela donne une légitimité supplémentaire à la greve !

  20. bravos a tous,etvos commentaires…pendant ce temps la le gouvernement ce frotte les mains….ou est votre matiere grise????amities

  21. Monsieur le pilote.
    Quand vous réveillerez vous. Quand sortirez vous de votre monde des bisounours!!!
    Je suis un ancien d’AF (que j’ai volontairement quitté!). Depuis des années vous refusez de croire au succès des LCC, vous bloquez artificiellement les slots à ORY, vous bloquez aussi la concurrence au travers des accords bilatéraux, vous capez sur vos acquis…bref un monde artificiel en dehors de la réalité.
    Certes la fiscalité Française n’aide pas, mais lorsque l’on compare votre productivité par rapport aux autres compagnies, c’est délirant!!!
    Des milliers de pilotes (même français des autres compagnies) n’attendent qu’une chose: Etre à votre place…et lorsque la direction vous proposera de revenir (après votre licenciement) travailler aux nouvelles conditions, vous reviendrez en pleurant et suppliant d’être repris…
    Vous êtes une honte pour notre pays…
    Vivement qu’AirFrance soit mise en faillite et que l’on recommence sur de nouvelles bases (cf Swiss)

  22. Interessant ! Avec une explication des.acronymes ce serait.encore.mieux pour que les gens dont ce n est pas.le.boulot (comme moi) comprennent encore mieux!

  23. Merci pour ces commentaires tres interessant.
    Je partage l’avis de mes collegues grevistes et egalement des non grevistes.
    Je comprends les arguments et preoccupations des 2 populations.

    Ce que je ne comprend pas c’est pourquoi la direction n’explique pas exactement ce qu’elle veut faire avec Transavia Europe: Elle envoie personnellement a tous les pilotes un document nous vantant les merites de Transavia France et nous explique que cette derniere sera protegée du developpement de Transavia Europe sur 4 aeroport en France: Orly, Lyon, Nantes et Toulouse.
    Je comprends donc qu’il ne sera pas interdit à Transavia Europe de desservir toutes les autres destinations francaises a partir des villes europeennes, notamment Roissy.
    Donc a terme pourquoi ne ferait-elle du Lisbonne CDG Lisbonne avec des navigants etrangers qui lui couteront beaucoup moins chers, plutot qu’avec des navigants AF avec CDG Lisbonne CDG?
    Je ne vois donc rien qui l’empeche a terme de desservir en partie le Hub de CDG avec du personnel etranger.
    Pour moi il y a un loup quelque part, les choses sont loin d’etre claires.
    Si Mr de Juniac veut vraiment créér une low cost avec Transavia Europe, il va devoir utiliser une structure low cost avec un ratio PN/PS bien inferieur a celui d’AF (5674 employés a Easyjet), et nous savons tous qu’il y a largement assez de gras dans ce ratio a AF.

    Des lors pourquoi ne pas se mettre tous autour d’une table et voir avec quels PN et PS AF on pourrait créer une telle entitée?
    Mais par dessus tout il serait salutaire que la direction d’AF arrete de souffler le chaud et le froid, qu’elle arrete d’avancer masquée. Si Mr de Juniac pense qu’il ne peut pas faire autrement que de creer une compagnie europeenne avec des emplois etrangers, qu’il le dise clairement, qu’il explique pourquoi une low cost de droit francais est impossible. Et si elle est vraiment impossible, je pense que son job est avant tout d’aller voir le gouvernement francais et de lui expliquer les conditions dont il a besoin pour créer une telle entité qui donnerait des emplois a la France, plutot que de deplorer que si notre siege social etait a Amsterdam, nous economiserions 800M€.
    Et nous savons tres bien que lorsqu’une compagnie aerienne créé des emplois, elle créé egalement beaucoup d’emplois induits et c ‘est tout cela qui va echapper a la France si Transavia Europe Se developpe telle que prevue.
    Je pense que si la direction d’AF mettait vraiment les cartes sur la table pour expliquer son probleme, beaucoup de pilotes pourraient le comprendre, et je pense que certains pourraient avoir des idées interssantes a developper. Au lieu de cela, elle nous prend pour des billes, nous pourrit avec sa Com à digne du jardin d’enfant et s ‘etonne ensuite des reactions extremistes. A croire que c ‘est voulu.

  24. En théorie ce dumping social européen devrait augmenter le niveau de vie au Portugal et du coup effacer les différences de coût entre France et Portugal … en attendant on profite de ces différences pour faire de l’argent.

    Sinon, vive les SCOP ?

  25. Franchement pas des privilégiés les pilotes AF ? Laissez-moi rire quand on en connait personnellement (surtout sur LC), si on fait le calcul responsabilité / temps de travail / difficultés des études et des QT / contraintes perso / salaires, ça bat toutes les autres catégories à plate couture des ingénieurs, médecins, voire même des contrôleurs!
    Et les « vieux » qui font grève pour les « jeunes » et autres catégories c’est juste du foutage de gueule.

  26. La vérité est que le modèle de réseau CC/MC d’AF est désormais condamné et du siècle passé.
    Est-ce que les salariés d’AF vont le comprendre un jour ??
    Quand une branche est malade, on la coupe, afin de sauvegarder ce qui est encore viable (le LC). L’acharnement thérapeutique est inutile et contre productif : évitons les erreurs du passé comme la sidérurgie qui aurait dû être condamnée depuis longtemps.

    La question aujourd’hui n’est donc pas de savoir si Transavia Europe est un danger avec un dumping social mais de savoir si AF doit oui ou non demeurer sur le segment du MC ?

    Si la direction recule, elle devra alors fermer de nouvelles escales et entamer un plus vaste plan de licenciements pour motif économique (motif = cessation d’activité).

    Ou bien alors, est-ce que tout ceci n’est qu’un stratagème pour nous amener vers le fameux « plan B » :
    On laisse pourrir la grève et plomber les comptes de la compagnie => défaut de paiement => dépôt de bilan => redressement judiciaire => licenciement de l’ensemble du personnel aux conditions minimales => recréation d’une nouvelle compagnie à la « Swiss » => réembauche d’une partie du personnel avec des conditions conformes aux standards internationaux (et black listage évidemment de certains boulets du SNPL …)
    Finalement ce scénario, bien que douloureux, aurait l’avantage de remettre les compteurs à zéro et de donner une bonne leçon aux enfants (trop) gâtés qui pleurnichent actuellement de façon indécente vis à vis du reste des salariés (et notamment PS) et des clients.

  27. C’est donc la CRPN qui est un des points clefs du probleme…

    Pour reprendre votre argument sur KLM, les pilotes hollandais disent vous soutenir mais… ne font toujours pas grèves. Ils acceptent pourtant une flotte historiquement plus importante pour transavia hollande que celle aujourd’hui en place pour transavia France.

    Au delà d’un intérêt finalement corporatiste, vous ne voyez pas que ce conflit fragilise encore une fois les français vis à vis des hollandais qui se réjouissent avant tout de l’affaiblissement de leur cher partenaire plutôt que de vous soutenir. Autre impact, une compagnie aérienne a aussi besoin de talents au sol pour exister, prendre les bonnes décisions industrielles et développer une stratégie cohérente dans cet environnement très concurrentiel. Sauf que ces talents en ont déjà marre d’etre sous payé par rapport au reste de l’industrie. Mais maintenant, votre grêve leur fait comprendre qu’il vaut peut être mieux aller chercher du travail ailleurs, mieux rémunéré plutôt que de voir leurs sacrifices être totalement annihilés… Une compagnie ne peut pas voler sans pilote, elle ne peut pas non plus survivre sans des personnels au sol motivés et performants…

  28. Des talents qui n’ont que comme plan la délocalisation, quand on connait le poids d’AF sur les milliers d’emplois induits dans les régions de France, excusez moi mais on n’en a pas besoin. Je n’ai pas besoin d’eux pour savoir qu’en créant des entreprises multiples délocalisés dans les pays moins disant sociaux, je vais gagner plus d’argent. Pas besoin d’avoir fait de hautes études stratégiques pour comprendre cela.
    Par contre imaginer ce que l’on pourrait faire en France pour garder nos emplois et en créer est autrement plus intéressant et plus compliqué. Et des têtes pensantes à AF, ce n’est pas ce qui manque!.Nous raconter qu’on ne peut pas faire autrement à cause de la mondialisation, c’est un peu facile. C’est un peu comme si je disais à mes passagers, aujourd’hui il fait trop mauvais à New York, on ne peut pas s’y poser, donc je reste à Paris, je ne vais meme pas essayer de vous emmener au moins à Boston, c’est la faute du mauvais temps….Meme pas de plan B et en plus on découvre le Plan A au moment des négociations….

  29. Ce discourt serait audible si vous n’aviez quitté le CCE pour ne pas partager, si toute vos grèves précédentes n’avaient pas été purement corporatiste. Les PN chevaliers blancs qui se battent pour les PNC et les PS !!! Merci bien !!!

  30. Le 20 septembre 2014 à 14 h 40 min, Christophe a dit

    Je crois que vous avez raison, il s’agit bien d’une stratégie de confrontation délibérée de la direction d’AF avec le PNT (donc le SNPL).
    Ce type de projet ne peut que mettre les populations PNT en grève dure et longue, la direction pourra ainsi « justifier » des mesures de redressement impossibles à mettre en place autrement.
    Il aurait même été envisagé il y a quelques années de confier le réseau moyen courrier à Easyjet.
    Cela risque d’aller désormais très vite.
    Le PNT sont les derniers à découvrir la mondialisation, hormis les fonctionnaires….
    Quant au Personnel au Sol, il y a belle lurette que cela a commencé (maintenance lourde de toute la flotte d’avions en Chine, Afrique du Sud, Maroc notamment).
    Lock out, AF a déjà connu je crois…
    Alors le plan B = B pour Bientôt?
    ADJ augmentera encore son salaire.

  31. Du haut de vos cockpits ne voyez-vous pas le
    monde ? Avez-vous perdu la boule ?
    Regardez autour de vous et arrêtez de nous faire croire que vous faites cela pour les générations futures !!
    En 2014 quand on a un job comme le vôtre payé comme vous l’êtes c est juste indécent de faire grève !

  32. Le CCE! quelle blague, quel gaspillage! Quand on reverse aux salariés moins de la moitié des subventions touchées, cela ne s’appelle plus un CCE!

  33. Bloqué par des dinosaures qui n’ont pas compris ni saisi une once des avantages et de la bulle dans laquelle ils vivent quand tant de nos concitoyens plafonnent au smic, paient leurs billets 100 % pour se retrouver otage d’une corporation devenue élitiste à « à côté de la plaque » . Je suis en ce moment coincé entre « a rock and a hard place » comme on le dit si bien parce qu’une frange de privilégiés n’est pas prêt à lâcher du lest dans un monde où qu’on le veuille ou non TOUS devront le faire. Continuez Messieurs les pilotes mais une chose est sûre dernière fois que je vole AF et je ne dois pas être le seul. Un seul avenir pour AF avec de telles attitudes  » la faillite » , n’oubliez pas Panam. Un citoyen du monde coincé au Caire mais qui jamais ne revolera jamais sur AF ou par ailleurs le service est loin d’être à la hauteur des compagnies du Golfe, il est temps de vous réveiller, de réaliser que les beaux jours sont derrière nous et que sans solidarité et abandon de certains avantages nous n’irons nulle part . Ouvrez les yeux dès hier après il sera trop tard….

  34. Je suis toujours surpris par la quintessence des propos de ces brillants PN qui ne restent que des pilotes de « gros bus » avec des barettes sur les manches. S’ils mettaient un peu moins d’orgueil dans leurs comportements, derrière leur statut de « bien au dessus de la majorité des êtres humains », ils agiraient hors des cockpits et prendraient partie dans le manageria de cette énorme entreprise qu’est Air France. Ils prendraient des cours d’économie et évalueraient les effets de la mondialisation sur leur activité. Mais ça, c’est probablement trop leur demander. Ainsi, aprés cette grêve (une de plus) les jeunes pilotes qui suivront feront comme tous les jeunes, ils subiront de nouveaux statuts moins avantageux que ceux actuellement en vigueur… C’est la vie, chers PNs LC, pas la vôtre c’est sur, mais celle des autres !

  35. Du haut de vos cockpits ne voyez-vous pas le
    monde ? Avez-vous perdu la boule ?
    Regardez autour de vous et arrêtez de nous faire croire que vous faites cela pour les générations futures !!
    En 2014 quand on a un metier comme le vôtre payé comme vous l’êtes c est juste indécent de faire grève !

  36. Et pourquoi ne pas adapter le business model d’Easyjet? Ils embauchent des naviguants français, anglais… Et c’est pourtant la 2ème low cosy en Europe. Comme quoi, en faisant des efforts…

  37. Le problème dAF est finalement le pb de la France incapable de se réformer !! Des syndicats corporatistes , des professions réglementées , un jacobinisme ahurissant , un centralisme d’un autre âge … Et cette France qui se croie encore la 5 eme puissance du monde !! Tout le monde se marre , regardez nos voisins suisses et allemands entre autre ils nous regardent avec une réelle condescendance comme on regarde un enfant gâté… Et une direction à l’image des politiques .. Personne n’y croie plus , ils sont issus des mêmes écoles , consanguin en diable ! La finance a tout vérolé .. Qui sont les plus gros actionnaires d’AF ??? Les personnels au sol ou navigants ??

  38. Excellent analyse de l’inaptitude du droit du travail français à… protéger l’emploi français. La brillante démonstration s’pplique à énormément de secteurs.
    Cependant, la conclusion ne devrait pas en être de justifier la grève mais… à donner une nième réison de régler le problème à la racine ! Faire « exploser » le droit du travail français, son inflexibilité légendaire etc… ou au moins sans faire de « dumping » faire en sorte que la différence avec les pays voisins soit suffisamment faibles pour déligitemr les tentatives « d’offshorisation » de nos emplois…
    Bref, bonne analyse, mauvais conclusion – c’est une question de point de vue…

  39. Enfin de compte c est un rapport de force entre Direction et Syndicats des Pilotes celui qui cede a perdu .je suis un ancien navigant et quand je vois le privilege des directeurs de la Cie qui voyagent en S1 pour partir en vacances enfin je vous en dis pas tout Air France c est comme la France (le gouvernement, les ministres ,les deputes….. Chacun leur avantages et le peuple comme des moutons ) . Il faut vous remettre autour du ring et renegocier ,les avantages d hier c fini mais on peut preserver les emplois car en ce moment les francais ne comprennent plus ,il y a un ras bol partout .Un gouvernement pas a la hauteur et les nantis qui font greve .il y en a marre . Debout la france ……

  40. Lord: Vous avez tout a fait raison quand vous dites que la France a besoin d’être reformée et donc Air France également.
    Bubu: adopter le modele d’Easyjet: tout de suite je suis volontaire, mais allez expliquer au personnel sol que vous allez en virer les 3/4.
    Les pilotes ne demandent que ça: la réforme dans laquelle ils savent qu’ils auront des efforts a faire et que ces efforts paieront parce qu’on pourra garder emploi pilotes en France, parce qu’on repensera tout le système.
    Vous appelez les pilotes a être responsables, mais alors mettez nous un patron responsable qui nous explique exactement ce qu’il veut faire au lieu de se cacher derriere des clauses de sauvegarde, un patron qui nous donne un plan de vol avec une destination, un dégagement et du pétrole.
    Que diriez vous si vous montiez dans un avion dont le commandant vous dirait: nous décollons, nous n’allons ni là, ni ici, mais ne vous inquiétez pas, nous allons quelques part?
    L’incapacité à reformer ne vient pas des pilotes, mais bien de la direction qui propose au pilotes de signer un cheque en blanc, en lui faisant une confiance aveugle, après avoir piétiné allègrement les derniers accords à peine l’encre séchée, et surtout en ne proposant aucune reforme structurelle. Tout ce qu’on nous propose c’est la fuite en avant par la délocalisation , ça evite de poser les vrais problèmes auquels la compagnie et le pays doivent faire face, ça evite de poser le problème du dumping social que pratiquent entre eux les pays européens et ça permet de continuer comme avant, après moi le déluge….
    C’est ça votre soi disant reforme en France pour s’adapter à la mondialisation, des patrons qui délocalisent les emplois des salariés haut niveau, qui déboulonnent toutes les professions qui vivent mieux que vous et qui continuent a gérer ce pays comme avant, comme une administration !
    Et bien personnellement, je ferais tout les efforts que vous demandez quand j’aurai au moins la promesse que quelque chose est entrepris pour réduire vraiment les couts de cette structure qui ressemble à la sécu….Que nous gouvernants et nos dirigeants commencent par montrer l’exemple!
    Si je dois faire des efforts pour permettre que tout continue comme avant sous prétexte de mondialisation, je prefere encore m’expatrier, ce ne sont pas les offres qui manquent et qui vont augmenter grandement pendant la prochaine décennie…

  41. au cours des années 60 et 70, à l’occasion des congrès annuels d’IFALPA et Europilote, j’ai eu l’occasion de connaitre des pilotes du monde entier. bon nombre d’entre eux, comme moi, avons eu la surprise de découvrir chez ceux du SNPL une arrogance et une suffisance choquantes. il semble que cette triste mentalité perdure. quelle obscénité de voir l’aréopage de ces CDBs assurés d’une fin de carrière indestructible scier la branche qui les a porté sur laquelle les suivants comptent bien pouvoir s’installer. le métier de pilote implique des connaissances approfondies dans bien des domaines, ce qui est indispensable. que je sache, même à l’ENAC, des cours d’économie, de finances et de gestion avancée de grands ensembles ne sont pas dispensés. chacun son truc !
    certains commentaires font ressortir une hostilité farouche à M. de Juniac. une autre façon de le cibler serait d’admettre que le dialogue qu’il a avec le SNPL est une indication solide qu’il tient à préserver l’outil de travail des milliers de gens qui font la fondation de la pyramide en haut de laquelle se trouve le PNT, élément-clé du groupe AF. un évènement significatif dans le monde de l’aviation commerciale, au début des années 80, devrait être rappelé à ceux qui se croient irremplaçables, à savoir le licenciement avec effet immédiat de 11.000 contrôleurs du ciel américain par le président Reagan.
    j’ai eu la chance de passer les 35 dernières années de ma carrière dans une compagnie européenne, fondée en 1962, et d’y avoir participé au démarrage. le contrat collectif que nous avons obtenu au début 80, s’est avéré être l’un des meilleurs dans ce qui était la CEE. j’ajouterai, pour conclure, que cette compagnie est établie dans un pays où il y a eu, depuis 1945 à ce jour, plus d’années bissextiles que de grèves !!!!!!!!!
    alors, au SNPL et consorts, ayez la décence de ne pas casser le pot de confiture dans lequel vous avez les doigts depuis bien longtemps.
    hubertdejouques

    ps: dans le groupe industriel dont il est issu, Alexandre de Juniac était considéré à travers la hiérarchie comme un dirigeant compétent et performant.

  42. Bonsoir, J’ai lu que l’aviation française(surtout AF) prendrait le même chemin que la marine marchande, allons, ne serait-ce pas plutôt celui de la sncm qui n’en finit pas de mourir à force de grèves injustifiées des navigants qui refusent la concurrence mais ne font rien pour rendre leur compagnie compétitive et rentable ??? Là aussi les syndicats scient la branche sur laquelle ils sont assis. Allons-nous risquer de perdre un fleuron du monde aéronautique – pensez à Sabena, Swissair, Pan Am, Braniff – pour une revendication d’arrière-garde d’un puissant lobby ? Le monde change et ce n’est pas fini même si ce n’est pas toujours pour le bien des humains hélas !!!

  43. Est-il possible aux commentateurs de se décider à sortir de l’anonymat en signant leurs commentaires et en indiquant leurs fonctions?…cela ne donnerait que plus de poids et de crédibilité aux commentaires…et surtout cela donnerait une autre allure à ce blog qui commence franchement à dériver vers le genre « forum »…ce qui est bien dommage…

    Jérôme Gambut
    CDB 777 AF

  44. Les pilotes AF devraient être très favorables au marché unique européen puisqu’ils l’alimentent quotidiennement en le reliant. Et bien non!!!! Ils sont contre les autres pays européens! Grande surprise pour moi. Votre problème c’est que la France toute entière n’est pas compétitive au niveau des impôts. C’est la France qu’il faut adapter. Au lieu de tuer votre outil de travail, laissez le choix au jeunes pilotes français de travailler sous contrat portugais. Transavia engagera des pilotes français car les clients le désir mais si les pilotes volontaires venaient à manquer, les salaires et conditions de travail grimperont. Est-il plus social de forcer les jeunes pilote au chômage, AF à la déconfiture, ou d’embaucher des jeunes au conditions du marché?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.